Caractéristiques de la tente idéale du cyclo-voyageur

Vous allez comprendre que le choix d’une tente peut s’avérer compliqué et doit se faire en fonction de vos besoins. Et surtout de ce que vous considérez comme critère décisif ou secondaire. Avant de vous lancer dans l’achat d’une nouvelle tente, essayez ce que vous avez sous la main… Listez les avantages et inconvénients de votre tente actuelle, ou de la dernière que vous avez utilisée. Ce que vous estimez comme critère décisif et secondaire pour l’utilisation que vous voulez en faire.

Mieux comprendre les unités de mesure

Le denier : C’est une mesure le poids, en gramme, d’un fil d’une longueur de 9000 m et, par extension, cette unité de mesure qualifie la toile. Plus le chiffre en denier est élevé, plus le fil est lourd et à priori gros, et donc meilleure est sa résistance.

L’imperméabilité : est exprimée en PSI (pression d’eau) ou, plus généralement, en hauteur de colonne d’eau, en millimètre (hauteur d’eau à laquelle un échantillon du matériau résiste sans suinter). Plus le chiffre est élevé, plus le matériau est considéré comme étanche. Pour la toile extérieure, cet indice varie en général de 1 500 mm, pour les toiles légères, à 6 000 mm et plus, pour les toiles d’expédition.

Les caractéristiques d’une tente pour voyageur cycliste

  • Grande surface au sol pour déposer les sacoches.
  • Suffisamment haute pour pouvoir s’y tenir debout ou, au moins, assis.
  • Avec une grande avancée (abside), pour abriter tout son barda, voire son vélo ou son vélo électrique avec les accessoires, faire sa popote, se laver ou bricoler, les jours de pluie.
  • Isolant du chaud et du froid.
  • Matériau respirant, mais ne laissant pas passer les courants d’air.
  • Sans condensation.
  • Résistante au vent, un mat qui casse pendant une tempête, une toile qui se déchire ou des piquets qui lâchent, et, adieu la nuit de repos !
  • Tout ça pour un poids plume et qui se replie dans un volume permettant de la ranger dans un coin de la sacoche.
  • Étanche par le haut mais aussi par le bas. Un toit fuyant peut être catastrophique, mais un tapis de sol non étanche peut aussi devenir un cauchemar sur un sol détrempé.
  • Facile à monter et à démonter : mieux vaut une tente facile à monter quand on doit se battre avec des piquets, des ficelles et un toit réticent, sous la pluie, avec un peu de vent, dans la nuit, les doigts engourdis ou avec des gants.
  • Séchant rapidement.
  • Être l’aise aussi bien sous une pluie tropicale par 30° C que sous une averse au bord de la mer du Nord.
  • Et, bien entendu, pour un prix le plus bas possible.

C’est quoi la tente idéale ?

Tâchez d’imaginer qu’une petite tente pas chère, pas lourde et pas volumineuse, c’est super, mais où mettrez-vous vos affaires durant la nuit et comment ferez-vous pour changer vos vêtements trempés ? À l’inverse, la tente vaste et pleine de gadgets est superbe sur le papier mais, au milieu de la nuit, comment fermer cette foutue cinquième ouverture, au fond du couloir à droite, censée éviter la condensation et qui, au final, laisse passer ce vent froid ? En outre, une grande tente peut vite devenir un problème quand il vous faudra trouver une surface au sol suffisamment plane et large, notamment en camping sauvage.

Écumer les magasins de sport, parcourir Internet, discuter avec les vendeurs, même si le meilleur spécialiste de la tente (et ils sont rares) n’est pas forcément le meilleur conseiller pour un cyclo-voyageur, vous aidera vous faire une idée de vos attentes. Et surtout, regardez, échangez, posez des questions, profitez de l’expérience des autres pour vous construire votre tente idéale.